Rap:  » je milite pour un État Fédéral d’Afrique… » Skan Dal

Skan Dal / Photo Dr

Skan Dal / Photo Dr

Son Ep Rhythm from under stairs (Rhythm d’en bas en reférance au caractère underground du Rap) récemment sortie a fait le tour des média socio sur internet. Skan Dal est un rappeur qui essai de se démarquer dans le milieu , en  intégrant des influences comme le blues, le funk et l’afrobeat entres autres…  Interview d’un artiste activiste et globe trotter qui met l’Afrique au centre de ses priorités.

1- Bonjour Skan Dal , vous êtes un artiste rappeur , originaire de l’Afrique de l’ouest comme vous aimez dire tout en affûtant votre musique en se frottant aux bouillantes scènes Rap de Lomé , Ouaga (Burkina Faso), et du Ghana. Nous sommes curieux de savoir quels ont été les éléments déterminant qui finalement font de vous un rappeur?
Skan Dal : Le rap c’est un moyen d’expression, J’ai une histoire à raconter, mes expériences de jeune africain, du petit des bas quartiers d’Afrique au mec que je suis aujourd’hui. J’ai une façon de les raconter, un flow que je partage avec le public… Je penses en ce qui me concerne que j’ai toujours de contacte de cette forme de musique qui vient généralement des bas quartiers où je vivais et croyez moi les inégalités en Afrique sont saignantes et la seule façon d’en parler pour nous qui n’avons pas la parole et faire connaître au grand publique les difficultés que subissent les sans voix c’est justement par le rap.

2- Vous vivez et travaillez à Strasbourg, raconter nous un peu comment votre musique est perçue là-bas et comment vous la vivez?
Skan Dal: J’ai fait des scènes de rap, hip hop, et même de spoken word et chaque fois le retour a été positif. Côté médias , c’est pas encore ça…c’est dur quand tu n’a pas grandit dans la ville , il faut connaître du monde dans le milieu pour passer et moi ça me saoul. Mais je taffe dur , je me concentre sur la création . Le reste viendra !

3- Lorsqu’on écoute des titres comme Music from Ghetto et Mélange, tous extraits de votre Ep Rythm From Under Stairs, on remarque un travail lyrical énorme, mais aussi un background live Rock, blues qui nous renvoi au Rap made in USA des années 90. Pour vous c’est important de revenir au live?
Skan Dal : Je fais de la musique pour créer , donc j’amène des influences , sur ce morceau c’est un lyrics qui retrace un peu l’histoire du hip hop ,et j’en fait un bouillon, j’aime le live, alors j’en fais et les gens dans mes concerts sont contents , on s’éclate ensemble.

https://www.youtube.com/watch?v=AGUGdREXm5U

4- Vous aviez en substance mixer l’Afrobeat et le Hip Hop dans Born in Ghetto, d’abord qu’est que l’Afrobeat représente pour vous, ensuite comment vous vous identifiez dans ce mélange assez original?
Skan Dal : L’Afrobeat en elle même en tant que musique , est un mélange de jazz, funk, et musique traditionnelles africaines, je pense à Fela kuti…pour moi ça représente une forme d’insoumission , de combativité…c’est pour ça que je le kiffe. C’est vrai que sur ce morceau j’ai proposé ce mélange spécial à mes musicos qui ont joué…les gens commencent par comprendre ma démarche, ça prend du temps mais ça arrive doucement. Les américains n’arrivent plus à innover, les africains vont le faire…:)

5- Si vous dites que « le monde n’est qu’un mélange » , c’est pour répondre un peu aux sentiments xénophobes qui grandissent de plus en plus en France et dans le monde, avec récemment les événements qui se sont déroulé en Afrique du Sud et en Israël?
Skan Dal : Plus je voyage , plus je me rend compte qu’y a du tout dans ce monde. C’est ce que cette phrase veut dire…plus loin j’explique que nous humain même nous sommes des mélanges , parfois même d’un père et d’une mère, c’est déjà quelque chose, puis y a des pays qui sont très mélangés…pour parler du racisme, c’est pas facile d’être un noir…plus tu voyage et tu te rend compte…Mathieu kassovitz a dit dans une interview «  Les gens n’aiment pas les nègres…» et c’est pas faux, mais ça ne veut pas dire que tout le monde détestent les noirs c’est faux. J’ai aussi croisé beaucoup de gens très ouverts , curieux et gentils avec moi. Il faut savoir juste qu’y a aussi beaucoup de racistes dans le monde et ça il faut éduquer les gens pour lutter contre ce phénomène qui en réalité nous bloque le chemin et nous retarde. Tu sais en temps de crise économique, on pense que le problème c’est l’autre, on ne veut pas avouer que c’est un système qui ne marche plus.

6- Avez-vous l’âme panafricaniste, comme justement Fela Kuti , N’krumah ou Cheick Modibo Keita et croyez-vous que malgré nos crises transfrontalières en Afrique, l’union des fils de ce continent est une réalité inéluctable ?
Skan Dal : Si tu veux savoir , je n’ai pas seulement l’âme panafricaniste, je milite pour un État Fédéral d’Afrique et ça va plus loin. Si tu vois un peu tout les grands ensembles économiques , tu comprendras que c’est la seule solution. Les crises frontalières passeront, il faut sensibiliser les gens. Le dernier bouquin que j’ai acheté s’appelle «  L’Afrique doit s’unir» du Dr Kwame Nkrumah…Tu as remarqué tout á l’heure que je me suis identifié comme un Africain originaire de l’ouest du continent , voilà ! Nous devons voir les choses dans un grand ensemble, et bientôt on ajoutera East Africa et le tour sera joué. Je ne crois pas aux frontières tracées par les colonisateurs, c’est de la grosse merde pour nous diviser et nous exploiter, on va les enlever. Africa Unite comme chante mon idole Bob Marley !

7- Quels feelings partagez-vous avec vos musiciens live ? Adhèrent-ils facilement à vos idées créatrices ? Comment vous arrivez-vous à financer tous cas ?
Skan Dal : J’ai choisit mes musicos , lors de nombreux jam auxquels je participais dans différents bar à Strasbourg. Ils connaissent mes délires, je peux vouloir mélanger un genre avec un autre…je les fatigue beaucoup, je pars un peu dans tous les sens , c’est une forme de recherche, finalement on crée de la bonne musique .
J’ai fait mes premiers sous lorsque j’avais 7 ans , alors je me débrouille, si j’y arrive pas j’appelle un pote qui va m’aider. Mes musicos comprennent pleins de trucs, ce sont des potos, on se débrouille.

8- Expliquez-nous pourquoi avoir décidé d’appeler votre projet Rhythm from under stairs , sortie le 31 janvier «Street Ep» ?
Skan Dal : D’abord s’est fait par mes propres moyens, aidés par mes musiciens dans la prod instrument… y a 6 tires donc EP, Street parce que je suis un ancien vendeur des rues de Ouaga…c’est une autre histoire… Si tu additionne tout ça , tu aura un «Street EP».

9- Aujourd’hui étant donné la crise dans le milieu musical, on assiste de plus en plus à la montée des artistes polyvalents qui se chargent eux même de leurs produits, vous en êtes un?
Skan Dal : J’ai souvent des idées d’instrus, j’en parle à mes musicos et c’est parti. Les mecs bossent dessus, jaquette, j’ai l’idée, je commence , je suis bloqué, j’appelle un pote…ça se fait
je commande des cds, impression,collage d’affiche, je les fais , contact de radio, presse (même si bcp répondent pas parce qu’ils me connaissent pas) , et voilà , voilà…

10- Y a-t-il une tournée prévu à « M’bengué » (France) dans le cadre de la sortie de votre Ep?
Skan Dal : Pour le moment , on a pas de tourneur pour parler de ça, mais y a quelques concerts prévus.
Tout sera sur la page facebook

11- Un dernier mot à l’endroit du publique ?
Skan Dal : Ayez confiance en vous, c’est important !

Skan Dal en live avec ses musiciens à Strassburg / Photo Dr

Skan Dal en live avec ses musiciens à Strassburg / Photo Dr

>  Visitez la chaine Youtube de Skan Dal ici :

https://www.youtube.com/user/MrSkandalmusic

>  Facebook :

https://www.facebook.com/skandalmusico?__mref=message_bubble

> Twitter : 

https://twitter.com/skandalmusica

 

Laissez un commentaire