La caravane Internationale d’intégration et de Solidarité était à Lomé.

Non ! Il ne s’agit pas de la « Caravane de l’intégration » organisée par la chaîne de télévision africaine AFRCABLE, qui a sillonné à grande pompe les capitales des pays de la CEDEAO. La caravane dont il est question ici (qui se tient tous les ans pendant les mois d’Août,) sillonne depuis plus de huit ans quatre pays de la sous région : Le Burkina, Le Ghana, le Togo, le Bénin. L’initiative vient de l’Association Burkinabé CDAS (Club des Amis pour la Solidarité) qui fait participer tous les ans des jeunes Burkinabé à cette enrichissante aventure.
« Le but de cette caravane est d’inculquer aux jeunes les valeurs de l’intégration pour que ces derniers ne se sentent pas comme des étrangers en Afrique, car nous pensons que l’unité du continent ne peux se faire sans la connaissance des autres peuples d’Afrique » explique Michel Sawadogo, Président de cette association.
L’escale de Lomé est la plus attractif des activités de cette caravane à en croire les organisateurs, selon eux il est permet d’abord aux jeunes de se reposer en profitant de la douceur du climat, échanger avec d’autres jeunes de la capital togolaise à travers divers jeux à la plage, rencontrer les associations dans les quartiers de la ville, connaître l’histoire de la Lomé à travers les visites. la visite au port autonome de Lomé ,de la Mairie de Lomé, entre autre étaient les activités qui étaient encore à l’honneur. Le plus grand évènement qui a marqué cet édition est bien entendu Le Bal de l’intégration organisé avec la jeunesse du Comité de développement intégral d’Amoutivé (CDIA) était ponctuée par un défilé de mode, des démonstrations de Danses traditionnelles des deux pays (Togo-Burkina), échange des mets traditionnels concoctés par les responsables des deux des associations et la découverte des amis invisibles.
« Au cours de nos prochaines éditions , qui va coïncider avec nos 10 ans d’existence, nous projetons de faire venir au Burkina les jeunes qui sont des associations avec qui nous travaillons dans les pays visités pour passer une semaine chez nous et lancer ce projet qui nous ait chère qui est la création du bosquet de l’intégration car notre pays le Burkina est en train de subir l’avancé du désert. Ce serait également une occasion de parler à nos amis et frère de la côte de prendre soin de leurs environnement et de tout mettre en œuvre afin de faire barrage au phénomène de désertification » conclut Michel.
En espérant que leurs divers projets soient accomplit nous leur souhaitons bon courage.

Par Fo-mê

Laissez un commentaire