Arts plastiques/ John Adé expose son monde à l’institut Français de Lomé.

Les œuvres du jeune chanteur guitariste et plasticien Dedo Adéshola alias John Adé seront en exposition à l’institut français (ex CCF) de Lomé du 23 au 31 Juillet 2011. C’est dans le cadre du Festival International de Chant Choral de la Fraternité FICFLO édition 2011. Au total vingt toiles, toutes de grandes qualités, des œuvres qui invitent à découvrir l’univers de l’artiste fait de rêves, de fantasmes mais également de questionnements.
Il n’y a plus de doute le jeune autodidacte qui s’était perfectionné auprès des plasticiens togolais de renommée internationale comme le feu Paul Ahyi, Ety et Jimi Hope a réussit à imposer un style créatif qui lui est propre. Zoom sur un artiste qui mérite qu’on lui accorde de l’attention…

>Photos & contenu Mensan Videha (Fo-Mê)

Dreadlocks, taille moyenne, démarche rapide, John Adé renvoi de loin à l’image d’un chanteur Reggae mais il n’en ait pas un. Lorsqu’on discute un peu avec ce dernier on découvre un artiste carrément à part, un éternel chercheur de la perfection. Ses toiles, il les réalisent  en utilisant de l’acrylique, de la peinture à huile, il réalise aussi ses propres couleurs en mélangeant des produits dont il détient lui-même le secret.

Musique et peinture rimes facilement dans son monde…

A part ses qualités de plasticien, John Adé est également musicien, un chanteur-guitariste qui évolue dans les tendances Jazz, Blues, Rock et Pop. Il puise ses inspirations des artistes tels Robert Johnson, Steve Vai, Eric Clapton, Jimi Hendrix, Paul Rodger entres autres… Il a joué en orchestre avec les groupes comme « la voix divine », « la Fédération des Groupes Musicaux méthodiste » de Lomé ainsi que « Djembé band » et « Rock Fire » de Cotonou.

Il vient de monter son groupe « John Ade’s Band » qui commence déjà par tourner dans la capitale Togolaise.

Dans le quartier Doulassamé où il vit et travaille, il aime passer inaperçu mais les magnifiques sonorités de sa guitare électrique trahit cette discrétion lorsqu’il travaille en atelier. Il s’en excuse souvent et explique « Je réalise mes tableaux en ayant toujours ma guitare branchée, prêt à prendre le relaie lorsque l’inspiration vient à me manquer ». Ses rêves et ses frustrations, John Adé les interprète et les matérialise. Il a décidé depuis peu de donner plus de portée à ses créations en réalisant des toiles de grandes dimensions, à l’image de cette toile « le jugement », 1,30X2m (acrylique, peinture à huile), dans laquelle s’incruste des masques, symbole d’une Afrique qui malgré le poids séculaire des traditions et croyances se modernise, « Si nous ne nous battons pas pour nous affirmer, les plus grande économies continuerons de nous écraser et de nous imposer leurs cultures. Lorsque j’insère justement les masques dans ma création c’est pour dire que l’Afrique doit s’affirmer, elle doit s’innover. Il ne nous est plus permis de nous apitoyer sur notre sort, il faut réagir. » nous explique l’artiste.

Vu la rareté des événements culturels au Togo, John Adé pour se faire un peu de sous, monnaye souvent ses talents de décorateur lorsqu’il est sollicité pour embellir les places de fête et autres lieux de spectacles.

Très entreprenant, il organise lui-même des expositions de Rue comme ce fut le cas en Juin 2008 lorsqu’il a exposé ses œuvres dans son quartier « c’était une belle expérience j’ai pu révéler mes talents aux habitants de mon quartier et j’ai pu me corriger suite aux critiques des uns et des autres, j’ai même été surpris de constater qu’il y avait des amateurs d’arts plastiques dans mon quartier » nous éclaire John Adé. Avant cette date il avait exposé en mars 2007 dans le hall du Palais des congrès ; c’était dans le cadre de la Journée Internationale de la Francophonie.

Répétition avec l’un de ses pianistes

Fort du succès de l’édition de 2007, les représentants de la francophonie l’ont réinvité en 2010 pour une autre exposition qui s’est tenue cette fois-ci au siège dudit institut (Commission Nationale de la Francophonie -CNF) à Lomé.

Il prévoit une autre exposition de rue d’ici la fin de l’année, cette fois-ci sur le boulevard du 13 janvier au niveau du carrefour Dékon l’un des endroits les plus animés de la capitale.

En attendant que tous ses projets se réalisent nous lui souhaitons une bonne exposition et beaucoup de succès.

>Retrouver John Adé sur les liens :

www.agakpe.com/johnade
>Contact :
Tél. +228 010 96 14
Mail : johnade.dedo@gmail.com

1 commentaire

  1. Tchalé il faut foncé…

Laissez un commentaire